Sports : le président du CNRD instruit à son ministre des sports de revoir la composition du COCAN

L’actualité est en ce moment dominée par la 33ème édition de la coupe d’Afrique des Nations Cameroun 2021.  Mais la Guinée n’oublie pas qu’elle doit abriter la 35 édition en 2025 après  la 34ème qui elle est prévue en Côte d’Ivoire en 2023. Le sujet a été abordé ce jeudi 6 janvier par le président de la transition en conseil des ministres.

Hormis les visites de terrains et l’identification des sites devant abriter les infrastructures dédiées à la CAN 2025, rien n’est presque fait dans le cadre de l’organisation de la CAN. Ce jeudi, le président de la transition a instruit à son ministre de revoir la composition du COCAN avant d’engager des dépenses à cet effet.

Pour  Amadou Diouldé Diallo, journaliste sportif,  le président l’a fat en connaissance de cause. Il propose au ministre de faire appel aux anciennes gloires du football guinéen. «  Moi je propose le seul ballon d’or Guinéen, Cherif Souleymane pour présider le COCAN. Il a beaucoup de facilité à faire passer des messages en tant qu’ancien sportif….Les générations de Titi Camara aussi jusqu’à celle de Naby Keita peuvent avoir leurs représentants au sein du COCAN, après on fera appel à d’autres ressources pour meubler le reste ».

Des reformes sont engagées par le département de la jeunesse et des sports. Le ministre Béa Diallo veut l’implication de tout le monde pour la réussite de l’organisation de la CAN 2025 en Guinée. «  Nous allons non seulement faire appel aux anciens sportifs mais aussi aux journalistes. Des reformes sont en cours dans ce sens ».

Pour rappel, En 2014, la CAF avait attribué les trois CAN d’un coup : 2019 au Cameroun, 2021 à la Côte d’Ivoire et 2023 à la Guinée. Mais, après avoir retiré au Cameroun l’organisation de l’édition 2019, elle a décidé de procéder à un décalage, attribuant l’édition 2021 au Cameroun,  l’édition 2023 à la Côte d’Ivoire celle de 2025 à la Guinée.

Mamadou Bhoye Bah, espacefmguinee.info

leave a reply

Espace TV

Regardons mieux