Football : les acteurs réagissent au report du congrès de la Feguifoot

Le congrès électif de la fédération guinéenne de football prévu ce mardi 18 mai 2021 n’a pu se tenir. En cause, un courrier de la FIFA arrivé lundi soir a demandé la suspension du processus. Une demande à laquelle, la fédération s’est pliée alors que tout était prêt pour le congrès. Quelques heures après, notre rédaction a rencontré certains candidats et des membres statutaires pour recueillir leur sentiment 

Abdoul Karim Bangoura fait partie des candidats qui étaient pourtant retenus pour le congrès. Il était à l’hôtel comme tous les autres candidats quand la nouvelle est tombée. « Mon équipe et moi-même étions prêts à aller aux élections aujourd’hui mais ce courrier de la FIFA est tombé.  C’est la maison mère, quand elle prend une décision, je pense qu’il faut rester derrière ça », explique le candidat au poste de président de la fédération guinéenne de football.
Pour  Aboubacar KASMISSOKO, membre statutaire, ce report n’est point une surprise car tous les signaux étaient au rouge. Les commissions chargées d’organiser le congrès n’ont pas été à la hauteur, estime ce président de ce président de club. « Je pense qu’on a mis les statuts à côté car je ne sais pas quel est l’article qu’ils ont invoqué pour rouvrir l’appel à candidature pour le poste de président pour 72 heures ou plus.  C’est nous-mêmes qui avons créé cette crise par ce qu’on a été laxiste, on a voulu faire plaisir à un groupe au détriment d’un autre…».
Pour accorder les violons et éviter l’enlisement de la crise, Alpha Condé a récemment rencontré certains acteurs du football guinéen. Au cours de cette rencontre, une proposition de consensus pour la gestion de la fédération a été faite. Si pour certains observateurs, il s’agit d’une ingérence de trop, AKB pense que l’Etat a un droit de regard sur ce qui se passe à la Feguifoot. «  En plus des infrastructures, c’est l’Etat qui paie les primes des joueurs, les billets d’avion,  le salaire des staffs de nos différentes équipes nationales. Je trouve qu’il est normal que l’Etat s’intéresse quand il y a un problème. Mais l’Etat ne va pas dire que qui sera president de la fédération, ou vice-président. En football, cela n’existe pas et je ne pense pas que c’était le cas lors de cette rencontre».
Ces deux acteurs estiment qu’il est temps de prendre des dispositions pour trouver une solution à ce problème. Ils rappellent que la fédération est une association et qu’on n’a pas forcément besoin d’un Richard pour la gérer comme le pensent certains membres statutaires.

Mamadou Bhoye Bah

leave a reply

Casinomaxi - kingbetting - lidyabetting.com - Marsbahis slot -

dinamovip

Casinomaxi - kingbetting - lidyabetting.com - Marsbahis slot -

dinamovip