Conakry: la commune de Ratoma confrontée à un manque criard d’infrastructures sportives


La commune de Ratoma, l’une des plus grandes de la capitale Conakry manque d’infrastructures sportives. Ceux qui existent ne sont pas bien entretenus. C’est en tout cas ce qui ressort des propos des jeunes de cette commune rencontrés ce mardi 15 septembre 2020 par l’une de nos équipes.

Dix (10) terrains de football pour 34 quartiers, 211 secteurs mais sur ces dix 10 terrains, 6 seulement sont praticables. Pourtant, Ratoma compte environs 776.770 habitants selon le dernier recensement effectué en 2014, mais combien de jeunes qui rêvent devenir footballeurs professionnels ?  Difficile à dire. « Pour toute la commune de Ratoma qui compte 34 quartiers on a seulement 10 terrains de football. Parmi eux, c’est six qui répondent aux standards », regrette Sory Kourouma, président de l’association des entraîneurs de koloma soloprimo.

Ces jeunes footballeurs ont tous un même rêve, devenir des footballeurs professionnels comme Naby Keita « Deco », l’international guinéen qui joue actuellement à Liverpool ou Sadio Mané, son coéquipier en club. Mais pour cela il leur faut d’abord ce ballon et des espaces de jeux. Vu le manque de terrains, une organisation s’impose. Il est presque 12h, cet éducateur vient de trouver de la place pour ses gamins (jeunes joueurs) venus s’entraîner sous un soleil de plomb.  « Les u16 et U17 s’entraînent le matin de 6 H à 8H. L’académie sportive de Sékou s’entraîne de 14 à 16 heures. En bref on s’organise pour donner du temps d’entraînement aux différentes équipes au cours de la semaine »,  explique Aboubacar Youssouf Camara, éducateur sportif 

« Parfois quand il pleut, on est obligé de chercher des solutions pour drainer l’eau pour pouvoir nous entraîner. L’eau stagne sur le terrain et cela le rend impraticable », ajoute  Mamadou Oury Diallo, jeune footballeur.

L’entraineur Amara Camara et ses amis sollicitent tous l’appui des autorités sportives du pays afin de trouver une solution à leurs problèmes. « Pour nous les éducateurs, c’est vraiment compliqué. Par ce que les enfants sont le plus souvent ignorés. Les plus âgés font tout pour prendre le terrain. Nous demandons à l’Etat de nous venir en aide pour trouver de nouveaux terrains ou au moins arranger ceux qui existent».


Pour les autres disciplines sportives il n’existe pratiquement pas de terrains de jeux à Ratoma, à part ceux qu’on retrouve dans quelques établissements scolaires privés. Parmi les terrains de football de cette commune figurent le Terrain Radar de Dar-es-salam, presqu’impraticable, celui de Kipé, Ferme de Lambanyi, Kobaya, Sonfonia centre, Foula Madina entre autre

Algassimou Yali Bah/ Bhoye Bah

leave a reply