L’échec de la transition en cours est-il l’échec d’un nouveau départ pour la Guinée ? ( édito)

C’est quand-même une question qui retentit dans les milieux politiques, société civile, au café mais aussi elle taraude l’esprit de chaque citoyen guinéen.

Mais alors là, si la question est commune à tous, les réponses, elles, sont fonction des intérêts de chacun de nous. Si pour certains la réussite de la transition, c’est leur arrivé ou celle d’un des leurs au gouvernement ou à une portion de responsabilité pour se faire pleines les poches, construire en un lapse de temps, s’offrir une nouvelle voiture et déambuler avec un fagot de téléphones de toutes les marques, pour d’autres, c’est l’organisation tout de suite des élections et permettre à leurs hommes d’accéder eux aussi au pouvoir, la plupart des cas, pour les mêmes privilèges que les prédécesseurs. 

Pendant ce temps, ceux qui ont eu la chance d’être aux manettes, manœuvrent pour la durée de la transition, puisque ce à quoi vous aspirez, ils l’ont déjà et souhaitent en profiter pleinement. Qui est fou ? Allez le savoir  

Entre ceux qui veulent la fin de la transition pour qu’enfin vienne leur tour à la mangeoire et ceux qui sont dans la transition et qui mangent déjà aux deux mains, c’est une guerre de tranchées et tant pis pour ceux qui demeurent dans les calculs interminables à savoir comment réussir cette transition. 

Puisque appartenir à un régime est synonyme en Guinée d’aller manger pour soi, il y a aujourd’hui des partis politiques qui voient en la main tendue du colonel Mamadi Doumbouya et les instructions données au Premier ministre dans ce cadre, comme une invite à la soupe transitionnelle. 

Des politiciens et acteurs sociaux aux intestins fragiles qui veulent les monnayer contre de l’argent, ainsi que des jeunes qui n’aspirent qu’à avoir maintenant et tout de suite leur management, tant pis pour les bambinos qu’ils ont jetés ou plutôt qui se sont jetés dans la rue et qui en ont fait les frais. 

Et pourtant, pour la réussite de la transition, il faut franchement et sincèrement dialoguer avec tout le monde sans exclusive. C’est en cela d’ailleurs qu’ils sont invités à un dialogue pour réussir cette transition pour que vive la paix et non à un dîner pour faire perdurer la transition qui est censée être courte

Le jour où vous verrez une bagarre de politiciens en Guinée pour une autre raison que la participation à un gouvernement pour leur matelas financier, faites signe à Abdoulaye Sankara Mako qui voit tout et dit tout depuis son lit de malade parfois sans même se préoccuper de sa propre maladie. 

À bientôt !!!!!

Daouda Mohamed CAMARA

leave a reply