Fermeture de la ferme avicole de Dubréka : le décret abrogeant le contrat a été pris depuis 2011 ( préfet)

La ferme avicole appelée « Malaisie » située dans la commune urbaine de Dubréka est menacée de fermeture par l’Etat Guinéen. Un décret abrogeant le contrat de bail a été pris depuis 2011. Mais jusque-là, les occupants et les autorités avaient trouvé un terrain d’entente pour permettre à l’investisseur local de continuer ses activités. Cet accord a volé en éclat. Ce lundi, des agents de maintien d’ordre ont débarqué sur les lieux avec un ordre de mission du préfet de Dubreka, les sommant de quitter les lieux en 24heures.

Cette ferme avicole est bâtie sur 50 hectares. En 2008, un contrat de bail a été signé entre la société avicole de Dubreka et le gouvernement guinéen. Actuellement la ferme contient près de 50 milles têtes, dont 30 milles à la ponte. Déplacer tout ce cheptel, est un processus long et fastidieux selon un responsable d’exploitation de la ferme qui a requis l’anonymat. « Si nous devons obligatoirement quitter les lieux, je demande aux autorités de nous laisser un peu de temps afin de nous permettre de procéder au transfert ».

L’ordre de mission signé par le préfet de Dubreka est clair, il faut libérer l’endroit. Le délai expire dans quelques. Passé ce délai, aucune entrée ni sortie ne sera possible. Si les autorités mettent cette menace en exécution, Ce sont 20 milles poussins et 30 milles poules à l’âge de pondre qui risquent de mourir de faim et de soif prévient l’employé. « Si les poules restent 24 à 48 heures sans nourriture, elles vont arrêter de pondre. Étant donné qu’ici nous comptons sur les œufs si cela s’arrête, on est en faillite ».

Plus loin, il ajoute qu’en plus du cheptel, ce sont 45 employés qui risquent de perdre leur gagne-pain. C’est pourquoi il demande la clémence de l’Etat. « Nous sommes des investisseurs locaux, l’Etat doit être beaucoup plus clément à notre égard. Si on ne respecte pas nos engagements, on doit passer par les voies légales pour nous faire quitter. Je demande au gouvernement de penser aux employés et aux animaux qui risquent de mourir s’ils sont privés de nourriture. C’est criminel de tuer 50 mille têtes de façon volontaire ».

Le préfet de Dubréka interrogé, affirme que la décision de récupérer ce domaine n’est nullement liée à la chasse aux sorcières annoncée par le premier ministre Kassory Fofana. Il s’agit plutôt d’appliquer un décret pris depuis 2011 qui annule ce bail. « Depuis 2011, le décret est publié. L’Etat les a donc donnés du temps de trouver un autre site s’ils avaient l’intention de partir. Ils ont un délai et une fois écoulé nous allons les faire quitter », tranche Younoussa Sylla.

A défaut de libérer le domaine en 24heures, le préfet conseille aux exploitants de trouver un autre décret qui abroge celui pris en 2011. En attendant, la zone est quadrillée par les forces de l’ordre. L’accès dans la cour nous a été refusé.

Mamadou Kaly Sow/ Mamadou Bhoye Bah