Entrepôt PCG: les 10 milliards introuvables, floue artistique sur l’utilisation de 7 milliards d’avance ( Enquête 2)

Dans un article précédent, la rédaction d’inquisiteur.net révélait la disparition sans trace de 10 milliards de francs au ministère de la santé. Le montant représente le reliquat de la contrepartie Guinéenne de 17 milliards GNF dans le projet de construction d’un nouvel entrepôt moderne pour la Pharmacie Centrale de Guinée. Il fait suite à l’incendie qui a décimé l’un des dépôts de stockage de médicaments de la PCG dans la nuit du 16 au 17 juin 2017. Malheureusement, jusque-là, le projet peine à se concrétiser alors que 7 milliards avaient été sortis des caisses de l’Etat pour le démarrage des travaux. Mais où en est-on réellement ? Lisez le récit de notre enquête !

L’incendie d’un des bâtiments de stockage de médicaments de la Pharmacie Centrale de Guinée, a considérablement affecté le bon fonctionnement des activités liées au rôle dans la logistique des produits de santé et leur conservation. L’équipe actuelle de la Pharmacie Centrale de Guinée, a bataillé pour amener le chef de l’Etat à comprendre l’urgence de construire un nouvel entrepôt moderne de stockage de médicaments.

Avec un volume de stockage de 9.124 mètres cube, l’infrastructure une fois terminée, augmentera les capacités de stockage de la Pharmacie Centrale de Guinée et par ricochet, réduira les risques de destruction des produits pharmaceutiques en améliorant les conditions de conservation. Avec un rayonnage de rack à palettes réglables à six (6) niveaux, un rendement total de 6.336 positions de palettes, soit 9.124 m, ce nouvel entrepôt, favorisera également la réduction du recours au marché illicite et l’amélioration de l’efficacité des prescriptions médicales.

Sur un site de 8500m2 situé à Manéah dans la préfecture de Coyah, le coût global initial de ce projet était de 6 millions 287 mille 167 dollars US. L’État Guinéen va s’engager à construire un nouvel entrepôt moderne, et des partenaires notamment le fonds mondial et l’USAID, vont manifester leur intérêt pour le projet.

La Guinée, conformément aux exigences des partenaires, va dégager 17 milliards GNF au titre de sa participation au projet. Sur ce montant, comme un pet sur une toile cirée, 7 milliards seront retirés par la DAF du ministère de la Santé à l’époque (Zenab Dramé), actuelle ministre de l’Enseignement Technique pour le démarrage des travaux. Les partenaires n’avaient même pas encore défini les exigences techniques du soubassement de la bâtisse. La PCG, la structure bénéficiaire de ce projet, était totalement dans le noir, tout est allé vite, le choix de l’entreprise s’est fait sans grand boucan.

Cependant, depuis l’arrêt de ces travaux, les 10 milliards restants sont introuvables dans les comptes du ministère de la Santé. Les travaux de la fondation pour lesquels 7 milliards d’avances ont été payés, étaient confiés à l’entreprise AKC. Cette entreprise a été sommée de tout arrêter, car le cabinet TERRABO-CUBE, chargé de l’étude technique des lieux, a fait le constat qu’il n’y a pas de cahiers de charges. Or, c’est sur cette base que l’entreprise aurait dû être recrutée.

Au cours de nos enquêtes, nous avons pu accéder au site sur lequel la fondation de l’entrepôt a été construit à Manéah. C’est de la daube ! (Voir les images ci-dessous)

L’infrastructure en image dont la valeur est comparable à une roupie de sansonnet, est celle qui aurait absorbé 7 milliards de francs. On aurait pu dire, c’est génial, mais non, il n’en est rien.

Appréciez par vous-même ces images et dites en toute franchise si cela vaut 7 milliards de francs guinéens soit (700.000 dollars), encore que, tout ce ramassis de bétons doit être repris car ne répondant pas aux normes techniques exigées par les partenaires.

En ce qui concerne les 10 milliards de reliquat, il y’a de quoi crier comme un putois. Ce montant n’existe pas dans les comptes en francs du ministère de la Santé. Il n’existe pas non plus dans celui de la Pharmacie centrale de Guinée qui est la structure bénéficiaire. Le compte numéro 2011000148 intitulé PGT/Dépôts des services, n’est ni celui du ministère de la Santé, encore moins de la pharmacie centrale.

À cette allure, les travaux du nouvel entrepôt débuteront à la Saint-Glinglin au grand dam de la Pharmacie Centrale et du peuple de Guinée. Pendant ce temps, hélas, des ‘’confrères’’ sont attirés par les mouches et non la merde qu’elles survolent. Dommage !

Affaire à suivre…

Inquisiteur.net

leave a reply