Dossier 28 septembre: « l’Etat n’accorde aucun intérêt à notre sécurité», Me Paul Yomba KOUROUMA 

Après l’annonce officielle de la date pour la tenue du procès des massacres du 28 septembre 2009, les craintes se font lire sur le visage de certains avocats des accusés. C’est le cas  de Me Paul Yomba KOUROUMA, conseiller juridique d’Aboubacar Diakité Alias ‘’TOUMBA’’. Le défenseur de celui qui est considéré comme le ‘’cerveau’’ des évènements malheureux qu’a connu la Guinée en 2009 au stade du 28 septembre, émet déjà les craintes liées à la sécurité des avocats des personnes misses en cause.

Le 28 septembre prochain, est la date annoncée par le ministre de la justice Alphonse Charles WRIGHT pour l’ouverture officielle dudit procès. Me Yomba constate déjà  quelques manquements dans la procédure.

« Le procès est annoncé mais, il y a des accusés qui n’ont comparus qu’une seule fois devant un juge. Et il y a d’autres qui n’ont même pas vu un juge. Miraculeusement, on nous dit que le dossier bouclé.  Dans les règle de l’art, la première comparution d’un accusé consiste à identifier par le juge la personne qui se présente en notifiant les charges et en demandant s’il a un avocat ou s’il en a besoin », a dénoncé Me Yomba.

Inquiet pour sa sécurité et celle de ses confrères, Me Paul Yomba KOUROUMA tire la sonnette d’alarme. « Le ministre de la justice a refusé de nous recevoir hier vendredi 16 septembre 2022 et pourtant, il a reçu les victimes et leurs conseillers juridiques. Pour moi, L’Etat n’accorde aucun intérêt à notre sécurité. Si le ministre Charles Wright nous avait accepté, nous aurions posé cette question liée à notre sécurité. En défendant une personne dans un tel dossier, il y a  déjà des menaces sur nous les avocats de la défense », a-t-il alerté.

espacetvguinee.info

leave a reply