Déclaration N°4 de L’Urtelgui

Déclaration N°4 de L’Urtelgui (large diffusion)
Le Bureau exécutif de l’Urtelgui à  appris avec indignation et colère des comportements liberticides, rétrogrades, surannés et anachroniques d’un préfet qui semble complètement perdu le nord. Le Préfet de Boké,  Hassane Sanoussy, puisque c’est de lui qu’il s’agit a ouvertement et publiquement menacé de faire disparaître l’un des journalistes de la radio espace Boké  du groupe Hadafo médias. L’Urtelgui condamne avec la dernière énergie ces agissements d’une autorité sensée protéger les citoyens et se réserve  le droit de porter plainte contre l’auteur de ses menaces de mort et entreprendre des journées sans presse si nécessaire.   Ci-dessous, le rapport narratif de la direction  du groupe hadafo
RAPPORT ESPACE FM KAKANDE
Boké : le préfet Hassane Sanoussy menace de faire disparaître des journalistes qui dénoncent sa mauvaise gestion, Espace Kakandé dans le viseur
Apparemment, le préfet de Boké, Hassane Sanoussy Camara n’a pas changé ses vieilles habitudes. Le successeur d’Aboubacar Mbopp Camara à la tête de la préfecture de Boké décide en effet, de faire la guerre à toute personne qui dénoncerait ses mauvaises pratiques et son amateurisme dans la gestion de la chose publique. Les mêmes attitudes qui l’ont pousser en 2012 à ordonner le massacre de plusieurs personnes à Zogota (N’zérékoré) avant de quitter nuitamment la ville.
M. Sanoussy qui a pris fonction il y a quelques mois, est en train aujourd’hui de mettre à l’eau les efforts de son prédécesseur Mbopp Camara, dans le cadre du maintien de la paix et de la cohésion sociale dans cette ville minière. Pour rappel, ce préfet, qui est connu pour son zèle avait menacé il y a un moment, de brûler des boutiques des commerçants qui suivraient les mots d’ordre du FNDC avant de passer à l’acte avec l’incendie au grand marché de la localité, quelques jours après. Une laquelle il est attendu au tournant par des citoyens.
« Le singe ne changera jamais sa façon de s’asseoir », a-t-on coutume de dire. Et cet adage colle bien au préfet Hassane Sanoussy qui se tourne aujourd’hui contre les journalistes qui critiquent son incompétence et sa gestion calamiteuse de cette préfecture qui constitue l’un des poumons économiques du pays. Et ce son nos confrères de la radio Espace Kakandé qu’ils visent après avoir tenté à plusieurs reprise, mais en vain, de contrôler ce média afin de couvrir ses bavures.
N’ayant finalement pas obtenu ce qu’il voulait à cause du refus opposé par le très sérieux directeur d’Espace Kakandé, Bassékou Amirou Dramé, le préfet décide finalement de porter plainte contre Sékou Diallo, un journaliste dudit média pour « diffamation ».
Et comme pour régler des comptes au Directeur de cette radio qui refuse de se laisser faire, Hassane Sanoussy affirme dans ses déclarations que sa mission est de faire taire la radio Espace Boké et faire disparaître son responsable, Bassekou Amirou Dramé. Il n’hésite même plus à s’attaquer verbalement aux journalistes de ce média très respecté dans la région.
À l’allure des choses, il est temps aujourd’hui pour le président de la République de prendre ses dispositions pour ne pas que le préfet Sanoussy crée un autre Zogota à Boké. Une affaire dans laquelle il est cité comme étant l’un des principaux instigateurs des tueries qui ont coûté la vie à 7 citoyens de ce village de N’zérékoré.
Cordialement

leave a reply