Maison centrale Conakry : les avocats des opposants incarcérés empêchés encore d’accéder à leurs clients

Les avocats des opposants détenus à la maison centrale de Conakry n’ont toujours pas accès à leurs clients. Ils ont tenté une nouvelle fois de rencontrer ces détenus politiques, mais sans succès. Les avocats ont été empêchés d’accéder à l’intérieur de la prison ce mardi, 2 mars 2021, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La situation ne s’améliore pas pour Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Etienne Soropogui, Cellou Baldé et Abdoulaye Bah. Privés de visites et empêchés de pratiquer du sport, ces responsables de l’opposition guinéenne qui sont détenus novembre 2020 à la maison centrale de Conakry, se retrouvent sans défense depuis quelques semaines. Car ils ne parviennent plus aussi à rencontrer leurs avocats.

Après quelques tentatives qui n’ont pas connu de succès, le collectif des avocats qui les défend s’est rendu une nouvelle fois, ce mardi 2 mars 2021, à la maison centrale pour essayer de les rencontrer. Mais, comme lors des précédentes fois, les avocats n’ont pas pu avoir accès à l’intérieur de la prison. Et, selon maître Amadou Timbi Diallo, membre de ce collectif, aucune raison ne leur a été signifiée pour justifier le refus de les laisser rencontrer leurs clients.

« Nous sommes ici ce matin, parce que nous voudrions rencontrer nos clients qui sont incarcérés ici, à la maison centrale. Malheureusement, nous n’avons pas pu accéder à l’intérieur de la maison centrale. Nous avons que depuis un certain temps, beaucoup de nos confrères qui sont membres du collectif des avocats sont passés ici, ils n’ont pas pu accéder à la maison centrale. Donc c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous avons décidé de venir en groupe pour essayer encore une fois d’entrer, voir si cette interdiction est levée. Malheureusement, nous constatons qu’elle demeure encore et que nous n’avons pas accès à nos clients », a indiqué l’avocat.

Maître Amadou Diallo et ses collègues dénoncent une violation grave de la loi, qui leur donne le droit d’avoir accès à leurs clients à tout moment. « Je voudrais juste rappeler qu’un détenu, qu’il soit en détention provisoire ou qu’il condamné, a accès à son client. L’avocat a accès à son client à tout moment. Même un détenu qui est condamné à mort, qui doit être exécuté, il a accès à son avocat. Donc je ne comprends pas pourquoi on peut nous interdire d’accéder à nos clients d’autant plus que nous sommes régulièrement constitués et nos clients n’entendent pas changer d’avocats.

Ils nous ont constitués et nous restons et demeurons leurs avocats, donc nous pouvons normalement les rencontrer à tout moment. Donc c’est une atteinte grave à l’Etat de droit, c’est une atteinte grave aux droits fondamentaux de nos clients, c’est même une atteinte grave à l’exercice de la profession d’avocats », a dit ce membre du collectif des avocats des opposants incarcérés.

Ces avocats se sont fait accompagner d’huissiers de justice pour faire un constat de la situation et rendre compte au Barreau de Guinée.

Guineematin.com

leave a reply

Casinomaxi - kingbetting - lidyabetting.com - Marsbahis slot -

dinamovip

Casinomaxi - kingbetting - lidyabetting.com - Marsbahis slot -

dinamovip