Guinée : la création de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières suscite de l’espoir

Dans son adresse à la nation à la veille de la fête de l’indépendance nationale, le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya avait annoncé son intention de lutter contre la corruption et biens d’autres maux qui freinent le développement du pays. Une promesse qu’il est en train de matérialiser. Sur proposition de la ministre de la justice garde des sceaux, une Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF) a été créée. L’ordonnance signée par le Colonel Mamadi Doumbouya a été rendue publique ce jeudi 2 décembre. Un acte salué par les acteurs politiques mais aussi de la société civile.

Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines, fait partie de ceux sont satisfaits de cette décision du président CNRD. « Je me réjouis de l’annonce de la création de la CRIEF par les nouvelles autorités. Enfin, un début de contrôle et de moralisation de la gestion publique, gage d’une prospérité partagée. La Guinée mérite mieux », a tweeté Sidya Touré.

Le Conseil National des Organisations de la civile a demandé la mise en place de cette Cour depuis longtemps selon Dansa Kourouma. Pour lui, il faut choisir des hommes et des femmes compétents pour meubler cette cour spéciale. Il conseille également au Comité National de Rassemblement pour le Développement d’encourager les citoyens à dénoncer les cas de corruption.

Bhoye Bah

leave a reply