Coyah : non prise en charge au centre de santé, elle accouche à même le sol

A Coyah, plus précisément à Manéah, une femme a accouché dans la rue. Elle est venue au centre de santé de Manéah et là-bas, la stagiaire qu’elle a trouvé lui a dit sans consultation de partir faire des examens au laboratoire à l’hôpital de Coyah. Sans argent et avec la douleur, elle sort accoucher à quelques mètres du centre de santé. Pourquoi Fatoumata Barry n’a-t-elle pas été consultée, est-ce parce qu’elle n’a pas d’argent en tout cas, à Manéah, la population n’a pas pardonné l’attitude du personnel soignant.

Une foule en colère, contre le personnel du centre de santé de Manéah, dans la préfecture de Coyah. Pour cause, une femme a accouché à la devanture même du centre de santé peu après avoir  été reçue par une stagiaire, qui n’a pas pu gérer l’urgence. Elle pensait que la femme est loin d’arriver au terme de sa grossesse. « Je leur ai dit de m’aider, je suis venue accoucher. Elle m’a dit de partir à Coyah, qu’il n y a pas de sang ». 

Fatoumata Barry n’avait que 10 000 francs guinéens sur elle. Comment alors se rendre à l’hôpital préfectoral de Coyah ? Elle déplace une moto, mais au moment d’y monter elle se sent affaiblie, incapable de bouger, elle accouchera dans la rue avec l’aide de la population.

« Quand nous avons vu l’état de la dame, on a tout de suite compris et on a enlevé nos pagnes pour la couvrir. Les vielles femmes qui étaient là se sont approchées pour l’aider. Par la grâce de Dieu, elle a accouché. On ne pouvait pas retirer le placenta. Deux stagiaires sont ainsi venues. On ne voulait pas de leur assistance, parce qu’elles ont refusé auparavant. C’est ainsi moi même je suis allée acheter une lame pour couper le cordon ombilical ».

Pour sauver la jeune maman, la population en colère accepte la main tendue des stagiaires. Mais ils le disent ce n’est pas la première fois que le personnel accueille mal les patients, pour cette fois, c’est impardonnable et apparemment ni la stagiaire, ni la cheffe du centre n’a consulté la femme pour comprendre son état.

La jeune maman a-t-elle été repoussée par manque de moyen. Au centre de santé il n’y avait que des stagiaires, heureusement avec l’aide de la population, elle s’en est bien sortie, son bébé, une fille se porte bien, l’ambulance est venue trop tard pour envoyer la maman et son bébé à l’hôpital de Coyah. Un fait illustratif du  manque d’équipements dans les structures sanitaires.

Mamadou Saliou Bah

leave a reply