Orientations 2022: « ceux qui ne parviendront pas à s’inscrire cette année, attendront l’année prochaine »

Ça ne sonne pas bien pour les bacheliers de 2022, qui n’ont toujours pas pu s’inscrire à travers la plateforme GUPOL. A quelques heures de la fin de ces orientations, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation par la voix son secrétaire général, a annoncé un pourcentage d’inscrits de 80 %.  Docteur Facinèt Conté , a affirmé  que les inscriptions via la plateforme GUPOL prennent fin ce vendredi, 16 septembre 2022 à 00h TU. Conséquences, tout bachelier qui n’a pas pu inscrire n’aura que deux options. Premièrement, s’orienter dans les écoles techniques à travers la plateforme parcourspro du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et deuxièmement, d’attendre l’année prochaine pour le faire.

Le secrétaire général du MESRSI  l’a dit ce vendredi, 16 septembre 2022 dans l’émission les ‘’Grandes Gueules’’ de radio espace Guinée.

« Sur les neuf milles étudiants qui étaient prévus pour la plateforme GUPOL, nous sommes aujourd’hui à 80 pour cent d’inscrits. Et ces 80 pour cent, on peut les utiliser peut-être pour deux raisons. La première, il y a la possibilité d’avoir de nouveaux inscrits d’ici demain à 00h. La deuxième raison est qu’il y a une possibilité pour ces bacheliers d’aller s’inscrire sur la plateforme parcoursproguinée du ministère de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. C’est pourquoi, nous avons organisé des salons de l’orientation au mois de mai dernier et cela dans toutes les régions du pays. On a aussi installé les centres supports pour faciliter l’utilisation de ces plateformes.  Maintenant, ceux qui ne parviendront pas à s’inscrire cette année, attendront l’année prochaine.  Ils sont acceptables pendant les deux prochaines années ».

Parlant des critères d’orientation, Facinèt Conté précise : « les critères d’orientation sont au nombre de trois. Il y a l’option du Bac, la moyenne obtenue au Bac et enfin, le nombre de places disponibles par programme. Et avec le nombre de bacheliers qu’on a, nous allons vers zéro pléthore dans les institutions d’enseignement supérieur. C’est pourquoi, il y a des travaux d’extension et de rénovation dans nos universités pour permettre aux jeunes guinéens d’étudier dans les meilleures conditions. Car, le secteur le plus important pour notre pays, est celui qui forme le capital humain. Cette année, la plateforme Gupol n’oriente pas les bacheliers dans les ENIS. C’est la plateforme parcourspro du ministère de l’enseignement  technique et de la formation professionnelle qui s’occupe de ça », a laissé entendre le secrétaire général.

Espacetvguinee.info

 

 

leave a reply