Le système qui tue est facilement identifiable ( par jaques Lewa Leno)

Que ceux qui en doutent tentent de comparer ce qui se passe maintenant à la gouvernance d’Alpha Condé. La gouvernance d’Alpha qui a été une répétition de la gestion de Lansana Conté. Lansana Conté qui n’a pas réussi la rupture promise le 3 avril 1984. Bien sur, sauf le passage au libéralisme précipité qui a rendu tout le monde commerçant. Tout le monde commerce dans ce pays et nous le savons. Les cadres de l’administration ne disposant pas de boutique et de marchandise de consommation directe, vende les services. Les ministres reçoivent des fonds pour aider ceux d’entre nous qui veulent gagner des marchés et des faveurs. C’est le système qui tue.

Le système qui tue est là et il se remet sur scène. Il est fait de démarcheurs qui prennent de l’argent postent dans l’administration ceux qui n’ont pas nécessairement la qualité pour servir le pays. Il est fait de ceux dont le népotisme guide les actions de tous les jours. Il est fait de dignitaires attardés qui s’entourent de communicants pour s’offrir trop de présence dans les médias et sur les réseaux sociaux. De dignitaires qui, en manque de vertu gouvernent avec arrogance. De dignitaires parfois insolents qui n’ont pas leurs pieds sur terre.

Le système qui tue est là. Il va bientôt nous conduire à l’échec que nous redoutons tous. Le discours qui consiste à parler en bien de ceux qui ont l’intelligence de la triche entretient le clan qui s’aime bien. Il ne compte pas baisser les bras. Depuis un moment, il tient le Colonel Doumbouya et le CNRD. Il le tient parce qu’il manque de courage d’aller au bout de sa volonté de départ. Celle de marquer une rupture effective avec le népotisme et la tricherie. Et nous revoilà dans le jeu habituel d’improvisation et de perte de temps.

Le système qui tue n’aidera pas à faire des réformes institutionnelles conséquentes. Les hommes choisis pour faire le job ne sont pas affranchis. Il s’opposera à la qualification du système judiciaire, parce qu’il ne lui est pas favorable. Qui dit magistrats indépendants et affranchis, dit procès équitable sur les crimes de sang. Or, les membres du système ont participé à toutes les tueries de 58 à nos jours. Ils s’opposeront aussi aux réformes économiques qui permettent de donner les mêmes chances à tous les guinéens. Parce qu’ils ne peuvent profiter que dans les trafics de tous ordres qui ont fini par condamner le pays à vivre de prêt et de dons.

Le système qui tue n’aime pas la cohésion sociale. Elle ne l’arrange pas. Il se nourrit de crise, puisqu’il sait profiter des souffrances du peuple travailleur. Le peuple qu’il utilise comme un objet de marchandage pour se faire une place au sommet de l’Etat et dans toute la sphère politique. Le CNRD semble travailler avec le système, il peut encore s’en éloigner s’il n’est pas membre. C’est le système qui tue qui dit : profitons, enrichissons nous, nous ne savons pas quand nous partons.   

Jacques Lewa Leno, journaliste au groupe Hadafo Médias

4 Comments

  • Juste vous signifier que la Radio espace est une station de référence, de développement, de la transparence au service des citoyens
    Loin d’une démagogie, c’est une radio qui est a la recherche de la vérité

  • Je partage entierement ton point de vue, mon cher Jacques. La realite est que le guineen n’est pas pret mentalement a l’idee du changement, parceque tout simplement ca ne se reflete pas dans les comportements. Le guineen est habitue a l’argent facile, et cela, il faut le gagner par tous les moyens. Et les politiciens qui n’ont pour ambitions que la conquete du pouvoir. Aucune veritable vision pour le futur, et qui utilise les jeunes en manque de repere, faisant face a un avenir incertain.

leave a reply