La justice doit promouvoir le droit et n’en garder pour référentiel que le sens qu’il donne (Jacques Lewa Leno)

La justice guinéenne est critiquée pour son travail, mais en réalité, beaucoup d’entre nous, sont responsables de son fonctionnement actuel. Beaucoup et même ceux qui disent vouloir son indépendance, la veulent d’abord pour eux-mêmes. Ils la veulent à leur seul bénéfice, parce qu’il n’y a de justice que lorsqu’ils ont raison dans les procès et lorsque les autres sont sanctionnés. Parlons-en sans gêne. Si nous voulons d’une justice indépendante, il n’y a pas à s’énerver des procédures engagées contre nous ou nos proches. La justice guinéenne se démarquera par sa capacité à construire un Etat de droit que nous ambitionnons depuis. Mais encore une fois, ce sera avec la volonté de chacun.

La Cour de répression des infractions économiques et financières, a reçu plusieurs dossiers. Les dossiers actuels et certains un peu ancien. Dès qu’on évoque le dossier Air Guinée, on crie à la chasse aux sorcières. Et pour ce seul dossier, certains ne voudraient même plus que nos regards soient jetés sur d’autres autour desquels des informations judiciaires ont été ouvertes. Pour ce seul dossier, les mêmes voudraient que la transition s’arrête ici, parce qu’on ne croit plus à la sincérité des militaires et des magistrats, appelés à moraliser la vie publique. Pour ce seul dossier, on veut déjà mettre en place un mouvement de protestation contre le CNRD.

Mais attention : soit nous voulons le changement, ou nous voulons le désordre. La rupture avec les anciennes pratiques voudraient qu’on sanctionne les détournements de deniers publics. Lorsqu’un bien de l’Etat, comme la compagnie Air Guinée a été bradé, on ne se tait pas là-dessus. On ne dit pas non plus que c’est délicat d’en parler, parce que le nom de Cellou Dalein Diallo apparaît là dedans. Ce n’est pas sensible. C’est un sujet comme tout autre, qui mérite d’être traité à la satisfaction de tout le peuple de Guinée qui a été trahi. Heureusement, le leader de l’UFDG dit-être prêt à répondre devant la CRIEF. Qu’il le fasse et qu’on en finisse. S’il n’est coupable de rien, au moins il aura eu le mérite de clarifier les choses pour tout le monde et jamais, ce dossier ne reviendra dans les débats publics.

Avait-il par ailleurs vraiment besoin, d’en parler avec autant d’énergie en assemblée générale ? Comme s’il voulait préparer les militants à s’opposer à une poursuite normale. A la justice, la responsabilité est individuelle et personne ne devrait être amnistié ou échappé à un procès, parce qu’il est soutenu politiquement. Allons au procès. Sanctionnons les coupables et rendons hommage à ceux qui ont œuvré pour le développement de cette nation.

La justice doit être indépendante, mais de nous individuellement d’abord et surtout. Elle ne saurait faire correctement son travail, même si elle échappe au dicta des pouvoirs politiques, si chacun la voudrait proche de lui. La justice doit promouvoir le droit et n’en garder pour référentiel que le sens qu’il donne. Le droit précise à la fois ce qui est permis et ce qui est interdit. Il est interdit de voler. Il n’est dit nulle part, qui a l’autorisation de voler.

Jacques Lewa Leno, journaliste au groupe Hadafo Médias

leave a reply