Suspension des opérations conjointes: Bamako se veut rassurant vis-à-vis de la France

La France a suspendu à titre conservatoire les opérations militaires conjointes avec les forces maliennes, le jeudi 3 juin. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette annonce ne laisse pas indifférent, notamment la junte au pouvoir.

D’après les informations de RFI, dès ce vendredi 4 juin, des initiatives officielles et/ou privées sont déjà en cours. Il s’agit d’envoyer des signaux clairs : la transition sera démocratique, inclusive, et surtout, comme prévu, de dix-huit mois.

Paris est intransigeant sur ce point, comme les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Et pour éviter tout malentendu, un officier supérieur de l’armée ajoute : les propos de conseiller civil du colonel Assimi Goïta, qui a récemment laissé entendre devant des journalistes que la transition pourrait dépasser les dix-huit mois, n’engagent que lui.

► À (ré)écouter : Suspension des opérations conjointes: «L’armée malienne perd une grande capacité d’intervention» (général Trinquand)

Sur un autre point, l’accord de paix d’Alger, les autorités maliennes entendent aussi donner des gages. Choguel Maïga, qui tient toujours la corde pour occuper le poste de Premier ministre, est connu pour être contre l’accord de paix d’Alger. Mais alors que sa nomination n’est pas encore officielle, ce vendredi, sur une photo qui circule, on le voit en compagnie des ex-rebelles, un peu comme pour dire : « nous allons travailler ensemble. »

Transition démocratique incluse, application de l’accord de paix d’Alger, la France, comme d’autres pays, veut lever une autre ambiguïté avant de reprendre sa coopération militaire ; le risque de l’islamisme radical. Là aussi, les autorités maliennes affirment que l’ennemi commun restent les terroristes.

Lire la suite sur rfi

leave a reply