CAN 2022: le Nigeria et les novices brillent, le naufrage algérien…

Le premier tour de la CAN 2022 s’est achevé jeudi 20 janvier. Après 12 jours de compétition, le champion d’Afrique en titre, l’Algérie, est déjà sorti, au même titre que le Ghana. Les Super Eagles nigérians, les néophytes comoriens et gambiens et l’attaquant camerounais Vincent Aboubakar ont, eux, illuminé ce début de compétition.

MENTIONS TRES BIEN

  • Le Nigeria reçu trois sur trois

En limogeant Gernot Rohr à un mois de la CAN 2022, la Fédération nigériane de football avait instillé le doute au sein de la maison des Super Eagles. Augustine Eguavoen, le nouvel entraîneur, et ses joueurs l’ont chassé sans mal dans le groupe D. Les Nigérians ont dominé l’Égypte puis le Soudan. Et avec un onze remanié, ils ont glané une troisième victoire face à la Guinée-Bissau. De plus, le Nigeria n’a encaissé qu’un seul but sur penalty en trois sorties. Après ce premier tour réussi, la cote des triples champions d’Afrique (1980, 1994, 2013) monte.

  • Les Comores et la Gambie, fringants novices

Grosse performance pour les sélections comoriennes et gambiennes, qui disputent leur première CAN. L’une et l’autre se glissent parmi les 16 pays encore en lice grâce à des parcours différents et remarquables. Dans le groupe C, les Comoriens ont perdu leurs deux premiers matches – malgré un super Ben Boina – avant d’arracher une victoire mémorable face au Ghana. Celle-ci leur a octroyé une place parmi les meilleurs troisièmes. La Gambie a fait encore mieux dans le groupe F : invaincus (deux victoires, un nul), les Scorpions se sont classés à une belle deuxième place, synonyme de qualification directe.

  • Vincent Aboubakar, buteur en mission

Héros de la finale 2017, capitaine désormais, Vincent Aboubakar est le chouchou des supporters. Et il le leur rend bien. L’attaquant camerounais a commencé son tournoi en inscrivant un doublé sur penalty contre le Burkina Faso. Il a également marqué deux fois contre l’Éthiopie et une fois contre le Cap-Vert. Avec 5 buts, Vincent Aboubakar est largement en tête du classement des buteurs. La dernière fois qu’un homme a inscrit autant de buts lors des trois premiers matches d’une CAN, c’était en 2008 : il s’agissait de Samuel Eto’o.

MENTIONS BIEN

  • Le Cameroun en confiance

Après ses deux premières victoires, le Cameroun a assuré sa présence en huitièmes de finale. Toni Conceiçao et ses hommes visaient un troisième succès de rang, mais le Cap-Vert a obtenu le point du match nul. Les Camerounais ont malgré tout décroché la première place du groupe A, laquelle leur permet de rester dans l’antre d’Olembé pour leur huitième de finale contre les Comores. Attention quand même à une certaine friabilité en défense.

  • Le Maroc sérieux

Comme le Cameroun, le Maroc a glané deux victoires avant d’arracher un match nul un peu fou contre le Gabon dans le groupe C. Les Lions de l’Atlas ont affiché une solidarité indéniable durant le premier tour, comme en témoigne leur réaction face aux Panthères. Leur sélectionneur, Vahid Halilhodzic, a fait de cette unité un ingrédient indispensable pour viser haut.

  • Le Gabon passe malgré les embûches

Mis à mal par le Covid-19, privé de ses leaders Pierre-Emerick Aubameyang et Mario Lemina, la sélection gabonaise n’a pas été épargnée au premier tour. Cela ne l’a pas empêché de s’emparer de la deuxième place du groupe C sans avoir perdu (une victoire, deux nuls). Et tant pis si le Ghana peste contre un manque de fair-play ; les Panthères retrouvent la phase à élimination directe pour la première fois depuis 2012.

  • La Côte d’Ivoire hausse le ton

Les Éléphants ont commencé leur CAN en douceur avec une courte victoire contre la Guinée équatoriale. Derrière, ils ont concédé contre la Sierra Leone un match nul terrible pour le gardien Badra Sangaré, blessé et auteur d’une erreur dans les derniers instants. Bien que qualifiée, la Côte d’Ivoire n’a pas abordé son dernier match la fleur au fusil. Au contraire, elle a même giflé l’Algérie. De quoi assurer la première place du groupe E et regonfler la confiance des Ivoiriens.

PEUT MIEUX FAIRE

  • Le Sénégal à petits pas

Cité parmi les favoris, le Sénégal n’a pas assumé ce statut lors de ses trois premiers matches. Les Lions n’ont battu le Zimbabwe que sur un penalty très tardif de Sadio Mané. Ils ont ensuite enchaîné deux matches nuls sans faire trembler les filets. Ça suffit pour terminer en tête du groupe B, mais c’est trop peu au regard des ambitions sénégalaises.

  • L’Egypte piétine

La nation qui compte le plus de sacres en CAN (7 titres) a fait profil bas dans le groupe D. Battue par le Nigeria d’entrée dans le choc des favoris, l’Egypte a assuré le service minimum en battant la Guinée-Bissau et le Soudan ensuite, à chaque fois sur le plus petit des scores. Le sélectionneur Carlos Quieroz, très critiqué par la presse égyptienne, la vedette Mohamed Salah et tous les Pharaons doivent en montrer plus.

INSUFFISANT

  • Le cauchemar de l’Algérie

La difficulté d’enchaîner après un sacre continental se confirme malheureusement pour les Fennecs. Les hommes de Djamel Belmadi ont vécu un vrai calvaire dans le groupe E, où on les attendait pourtant à la première place. D’abord frustrés par la Sierra Leone qui a préservé sa cage inviolée avec brio, les Algériens ont vu leur série de 35 matches sans défaite se briser à la surprise générale contre la Guinée équatoriale. Et dos au mur, ils ont encore déposé les armes face à la Côte d’Ivoire. Dernière de sa poule, l’Algérie sort par la petite porte.

  • La pire CAN de l’histoire du Ghana

On redoutait un peu que le Ghana, nation majeure d’Afrique, soit en perte de vitesse. Ces craintes étaient bien fondées. Les Black Stars ont lâché face au Maroc. Le Gabon a ensuite arraché le match nul. Et finalement, les Ghanéens ont tout perdu face aux Comores lors d’un match décisif joué en grande partie à 10 contre 11 après qu’André Ayew a craqué nerveusement. Le sélectionneur Milovan Rajevac se retrouve dans la tourmente.

  • La Tunisie passe petits bras

En voyant le verre à moitié plein, on pourrait se satisfaire de retrouver la Tunisie au rendez-vous des huitièmes de finale. À y regarder de plus près, le premier tour a été difficile pour les Aigles de Carthage. Après une défaite polémique contre le Mali, les Tunisiens ont rebondi avec brio contre la Mauritanie. Mais le dernier match, en forme de finale pour la première ou la deuxième place, a tourné au désastre quand les Gambiens l’ont emporté au bout du additionnel. Résultat : la Tunisie termine troisième du groupe F et devra se frotter au Nigeria.

source : rfi.fr

leave a reply