VICTOR BOYARKIN RETOURNE À RUSAL POUR UNE NOUVELLE MISSION ALPHA TOP SECRET

Victor Boyarkin, l’ancien lieutenant-colonel du renseignement militaire russe et chef des opérations spéciales de la United Company Rusal, a réintégré l’entreprise lundi après une absence de quinze mois. A Conakry, la capitale de la Guinée, son arrivée est attendue prochainement pour une nouvelle tentative d’Oleg Deripaska, directeur général de Rusal, de relâcher une nouvelle pression sur Rusal pour rouvrir la raffinerie d’alumine et la mine de bauxite de Friguia (Fria), et dépenser plusieurs centaines de millions de dollars engagé plus tôt à investir en Guinée.

Le président guinéen, Alpha Condé (image, premier plan à droite), a commencé à préparer sa campagne électorale présidentielle pour le scrutin, qui doit avoir lieu dans moins d’un an. A Friguia, où Rusal est le principal pourvoyeur d’emplois, la raffinerie d’alumine est fermée depuis 2012, et selon des sources locales, la ville est « morte ». Les gens meurent de faim et seule une forte présence militaire peut calmer les choses. Condé n’a rien à montrer pour sa présidence, et à moins qu’il ne puisse persuader Rusal de rouvrir la raffinerie, il doit persuader les Russes de verser une importante compensation pour aider la ville.

Le ministre guinéen des Mines, Kerfalla Yansane, a déclaré de source à Conakry, la capitale guinéenne, que le complexe de production allait être redémarré. Officiellement, Rusal indique sur son site Web que la raffinerie, avec une capacité nominale de production de 618 000 tonnes d’alumine par an, « prévoit d’augmenter la production d’alumine à 800 000 tonnes par an d’ici la fin de 2013 ». Cette promesse nécessiterait une expansion de la mine de bauxite de Friguia au-delà de sa capacité de production annuelle de 2,1 millions de tonnes. En fait, en avril 2012, Rusal a arrêté la production à la fois à la raffinerie et à la mine, affirmant que « Friguia a cessé de produire de l’alumine en avril 2012 à la suite d’une grève jugée illégale par le tribunal ».

Dans le rapport annuel de Rusal pour 2013, les auditeurs ont calculé une charge de dépréciation pour Friguia de 167 millions de dollars. Rusal a signalé une perte de 325 millions de dollars dans son rapport du trimestre de mars et a réduit la production d’aluminium dans ses usines russes. Il n’y a donc pas de besoin prévisible d’approvisionnement supplémentaire en alumine.
Depuis 2009, le gouvernement guinéen prétend que Rusal a sous-payé l’achat de privatisation des actifs de Friguia trois ans auparavant ; puis violé ses engagements de production et de revenus. Le gouvernement a engagé une action en justice locale pour annuler la privatisation initiale ; Rusal a annulé le jugement des tribunaux supérieurs guinéens, tout en contestant les demandes d’indemnisation du gouvernement guinéen dans une procédure d’arbitrage à Paris.
Un rapport d’Alex Stewart International (ASI), commandé pour le gouvernement guinéen en 2010, a calculé que les pertes de revenus pour le gouvernement entre 2006 et 2009 s’élevaient à 142,4 millions de dollars. Selon le rapport de l’ASI, « sur la base des informations fournies par le gouvernement de la République de Guinée, Alex Stewart International LLC est d’avis que le gouvernement a des motifs de réclamer des dommages-intérêts allant de 960 millions de dollars US… à peut-être plus d’un milliard de dollars US… de RUSSKIJ ALUMINIJ LLC pour la possession et l’exploitation illégales du complexe FRIGUIA sous la détention illégale de la société FRIGUIA.

Rusal a contesté les calculs. Elle reconnaît que son taux d’impôt sur le revenu en Guinée est nul. En mars dernier, des sources de Rusal ont déclaré que depuis l’arrêt de la production à Friguia, des équipements ont été volés ou endommagés. Le redémarrage de l’usine prendrait jusqu’à dix-huit mois, a estimé la source.

reconnu que lundi (16 juin), était son premier sur le nouveau travail. Officiellement, il est assistant du directeur général adjoint de Rusal, Vladislav Soloviev (à droite).
Boyarkin a quitté Rusal en mars 2013. Il avait été présenté pour la première fois aux négociations guinéennes par Deripaska à Paris en octobre 2009. Malgré les protestations de l’opposition guinéenne, Rusal a réussi à continuer d’exploiter et d’exporter la bauxite de sa mine de Kindia ; et d’obtenir sa concession pour le gisement non développé de Dian-Dian sans investissement important pour construire une nouvelle mine ou une raffinerie d’alumine. Pour les nouveaux termes de la concession Dian-Dian, cliquez. Dans le rapport de Rusal pour 2013, il n’y a aucune référence aux dépenses pour la nouvelle mine de bauxite proposée à Dian-Dian, qui devrait ouvrir ses portes en 2015. Pour le compte rendu des négociations de Boyarkin en Guinée, lisez ceci.
Selon une source guinéenne, s’exprimant cette semaine, « tout au plus Rusal veut une petite mine de bauxite à Dian-Dian, mais jamais la raffinerie qui a été convenue lors de l’attribution de la concession. Il y a suffisamment de réserves à Dian-Dian pour trois raffineries. Rusal n’en ouvrira même pas un.
Alpha Condé risque de changer d’avis », explique l’un de ses anciens conseillers. «Rusal a été en veilleuse pour Condé et le gouvernement alors qu’ils se concentraient sur les concessions de minerai de fer de Simandou de Rio Tinto, Vale et Beny Steinmetz. Cela a produit de bonnes relations publiques pour le gouvernement, mais il n’en sortira pas grand-chose. Si Boyarkin a été ramené dans les négociations pour Rusal, c’est parce qu’il y a une nouvelle crise. Ou parce que Conde en a créé un et a ravivé les anciennes demandes de Rusal de dépenser de l’argent réel dans le pays.

Boyarkin était un officier du renseignement militaire avec accréditation diplomatique en Amérique du Sud dans les années 1990. Lorsqu’il a quitté Rusal en 2013, il a rejoint l’agence d’exportation d’armes Rosvooruzheniye, qui est actuellement impliquée dans la négociation de combinaisons délicates de ventes d’armes et de concessions minières avec plusieurs gouvernements africains – Angola, République du Congo (Brazzaville), Ouganda et Zimbabwe. Pour en savoir plus sur l’accord sur les armes congolais, lisez ceci. Pour l’histoire du Zimbabwe, cliquez. En mars, des témoins oculaires ont rapporté avoir vu des hélicoptères d’attaque russes Mi-24 à Conakry. Il n’est pas clair si ceux-ci sont nouvellement fournis ou proviennent de l’inventaire de l’armée de l’air guinéenne et ont été récemment remis à neuf pour les opérations.
Invité à confirmer son intention pour Friguia, Rusal a déclaré qu’il préparait une réponse. Un chasseur de têtes moscovite fait actuellement de la publicité pour un avocat qui travaillera pour Rusal en Guinée avec un contrat de deux ans.

leave a reply