Syli National : le prochain sélectionneur devrait avoir un projet à long terme ( Lucien Guilao)

L’appel à candidature lancé récemment par la Féguifoot pour le recrutement d’un sélectionneur pour le Syli national continue à susciter des réactions. Journalistes et anciens sportifs s’interrogent sur les missions assignées au futur entraineur de la Guinée et la limitation de l’appel d’offre aux entraineurs Guinéens.

L’appel d’offre est ouvert uniquement aux techniciens qui ont la nationalité guinéenne. Pour cet ancien international guinéen, la démarche du comité de normalisation est biaisée. « A la place du comité de normalisation, j’aurais lancé un appel élargi à tout le monde et enfin de compte choisir un guinéen, je n’ai pas à me justifier sur mes choix. En tout cas à compétence égale, je donne la priorité aux Guinéens », explique Lucien Guilao, ancien international guinéen.

La Feguifoot veut signer un contrat de deux avec celui qui aura retenu son attention. Un délai trop court pour avoir des résultats positifs estime cet ancien international. Lucien Guilao pense qu’il faut au minimum quatre ans de dur labeur pour espérer gagner un titre. « On manque d’ambition malheureusement sinon actuellement tout le monde se bat pour aller en coupe du monde. Une fois en coupe du monde, notre football aurait eu beaucoup des retombées énormes. Un projet de deux ans, c’est trop court. C’est un projet à long terme qu’il faut au Syli National pour qu’il retrouve sa place d’antan », estime Lucien Guilao.

C’est avec les techniciens étrangers que la Guinée a brillé par le passé, rappelle Lucien Guilao. Mais quelle que soit la nationalité du futur sélectionneur, il lui faudra des moyens et du temps pour construire une équipe. « C’est la fédération qui sait c’est quoi sa vision pour le football guinéen dans les cinq ou quatre ans.  Mais si on prend un entraineur local parce qu’on pense qu’on peut lui payer en dessous de sa valeur ou en dessous de ce qu’on aurait pu payer à un expatrié, c’est contreproductif. Le cas de Kanfory Lappé Bangoura est illustratif, il est resté longtemps ici sans salaire ».

Le comité de normalisation a rencontré plusieurs entités pour discuter de l’avenir du football guinéen, mais l’association des anciens internationaux n’est pas encore reçue. Lucien Guilao dénonce un manque de considération alors que selon lui, cette structure peut beaucoup apporter au football guinéen.

Mamadou Bhoye Bah

leave a reply