Résolution du parlement européen sur la Guinée : le parti présidentiel dénonce une ingérence

Alors que la crise née de la volonté du parti au pouvoir de doter la Guinée d’une nouvelle constitution continue à s’enliser, le parlement européen a voté jeudi dernier une résolution de plusieurs points sur la Guinée. Les eurodéputés ont notamment demandé aux autorités de la Guinée de respecter la constitution de mai 2010, de diligenter des enquêtes pour trouver les auteurs des tueries et violations  des droits  de l’homme en Guinée. Cette résolution est perçue par le parti au pouvoir comme une immixtion dans les affaires internes de la Guinée.

Souleymane Keita conseiller du président de la République voit d’un mauvais cette résolution du parlement européen qui à ses yeux n’est rien d’autre qu’une ingérence dans les affaires internes. A travers cette résolution, il veut selon ce cadre du parti au pouvoir imposer à la Guinée sa volonté, ce qui dit-t-il est inacceptable.

« La Guinée est un pays souverain. Elle  est gérée selon la volonté des guinéens et non celle  de l’Union Européenne. Il faut qu’on respecte les Etats parce que ce qui se passe est extrêmement grave », exige Souleymane Keita

Le débat sur la nouvelle constitution ne concerne que les Guinéens selon ce responsable du parti au pouvoir. Dans ce débats, il y a des gens qui sont pour et d’autres qui sont contre. « Du point de vue de bon nombre de Guinéens dont moi et tous ceux de la mouvance nous avons besoin aujourd’hui d’assainir notre espace institutionnel à travers l’adoption d’une nouvelle constitution pour changer celle qui existe mais qui est en réalité une constitution concoctée pendant la transition par des gens qui n’avaient pas la qualité de le faire. Maintenant qu’il y’ a un président démocratiquement élu qui bénéficie de toute la légitimité du peuple veule exercer un droit que la constitution lui reconnait que ça soit en Guinée ou ailleurs le principe d’appeler à un référendum appartient au président de la République. Il veut exercer ce droit et  c’est l’Union Européenne qui va nous dire non, ne faites pas ça parce que c’est nous qui décidons en votre place. Je crois que c’est inacceptable. La Guinée est un pays de tradition panafricaine », a-t-il déclaré au micro de nos confrères de refletguinee.com.

Pendant ce temps, l’opposition et le FNDC saluent l’acte du parlement européen. La lutte contre le changement de la constitution se mène sur plusieurs fronts dit-on de ce coté.  

Mamadou Bhoye Bah