Mali: l’Union européenne «suspend» ses missions de formation militaire

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se sont réunis ce lundi 11 avril à Luxembourg. Ils ont consacré une partie de leur débat à leurs relations avec le Mali. 

Après l’annonce de la fin des missions Barkhane et Takuba, l’Union européenne avait maintenu ses deux missions au Mali :  l’Eucap, mission civile spécifiquement destinée à la coopération policière, et surtout EUTM, la mission militaire. En fin de compte, les rumeurs de retrait ne se concrétisent pas totalement, car les missions sont uniquement « suspendues ».

Les Européens ont finalement pris une demi-décision. La mission de formation militaire EUTM arrête ainsi de former les membres des Forces armées maliennes et de la garde nationale, ce qui était pourtant son rôle. Elle continuera en revanche à exercer des tâches « annexes » comme « l’instruction sur le droit de la guerre », souligne le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Proposer des missions de formation militaire

Les Européens estiment que la menace terroriste s’étend vers le sud et veulent rester dans la région, à la fois au Sahel et dans le Golfe de Guinée. Ils tentent donc de proposer des missions similaires de formation militaire à d’autres pays, comme le Niger.

Selon Josep Borrell, le Mali n’a pas fourni les garanties nécessaires pour la poursuite de l’activité d’EUTM mais plusieurs pays, en particulier au Bénélux et dans le sud de l’Europe, ont refusé que l’UE claque la porte. D’abord parce qu’il faut pouvoir maintenir le dialogue. Ensuite pour ne pas donner l’impression que l’Europe part piteusement face à l’arrivée de mercenaires russes. Enfin, car il n’est pas certain que les mercenaires de Wagner puissent rester indéfiniment au Mali.

RFI

leave a reply