‘L’obésité, un grand risque de problème de santé publique en Guinée (Pr Nicolas Zoumanigui)

Le surpoids ou l’obésité est une pathologie qui commence à prendre de l’ampleur dans nos sociétés et tend à devenir un problème de santé publique en Guinée.

Au cours d’une interview, accordée à l’AGP, Professeur Nicolas ZOUMANIGUI, chirurgien cardio-vasculaire, chef de service de cardiologie médico-chirurgicale de l’Hôpital national Donka, a parlé de cette pathologie, les différents types d’obésité et ses facteurs de risques mais aussi prodigué des conseils à la population guinéenne.

A l’entame de ses propos, le Chirurgien cardio-vasculaire de profession, Professeur Nicolas a souligné que l’obésité consiste à un indice de masse corporel qui est le poids qu’une personne peut avoir par rapport à sa taille et qui donne un chiffre : « La normale est de 18 à 25, et quand on est en deçà de 18, on parle de maigreur et quand vous dépassez 25 c’est à dire que vous avez un surpoids, on dit un embonpoint et dès que c’est 30, l’intéressé rentre dans l’obésité du premier degré. » a-t-il expliqué.

Sur les types d’obésité, Pr. ZOUMANIGUI a indiqué qu’au-delà de 30 c’est le deuxième degré et à 40 on est dans une obésité morbide « c’est dire que l’obésité même devient une maladie ».

Par ailleurs, Professeur Nicolas insiste sur les dangers du surpoids ou de l’obésité : « Quand quelqu’un est obèse, son cœur travaille plus que la normale car votre cœur qui doit travailler depuis votre naissance jusqu’à la vieillesse, si vous n’arrivez pas à le préserver et de le protéger, le risque est grand et parfois fatal. L’obésité n’est pas seulement le cœur, en dehors de celui-ci c’est les vaisseaux parce qu’il y a les vaisseaux qui se bouchent. La partie qui est en aval ne gagne plus de sang et ce sont ces patients qui viennent avec des gangrènes. La partie est morte et on est obligé de la couper » a expliqué Pr. Zoumanigui.

Abordant sur des pathologies que peut entraine l’obésité, le Chirurgien cardio-vasculaire a fait savoir que dès que le sang manque quelque part dans le corps humain cela prédispose à des personnes obèses, les risques énormes comme des thromboses veineuses, stéatose hépatique parce que le cœur sera assez graissé. Et ces personnes risquent d’être immobiles ou infirmes parce qu’ils auront un pied d’éléphantiasis (c’est-à-dire des gros pieds comme un éléphant).

Pour conclure, Pr. Nicolas ZOUMANIGUI, a conseillé la population guinéenne de faire l’hygiène alimentaire, de manger équilibré, de faire le sport mais aussi et surtout de beaucoup lire.

AGP

leave a reply