Les Jeux olympiques de Tokyo officiellement reportés en raison du coronavirus

Les Jeux olympiques de Tokyo prévus initialement en 2020 sont reportés « au plus tard à l’été 2021 » en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé le Comité international olympique (CIO).

En raison de la pandémie de coronavirus, le Comité international olympique (CIO) a finalement annoncé mardi 24 mars qu’il avait décidé de reporter les Jeux olympiques de Tokyo, au plus tard pendant l’été 2021. Les JO devaient initialement avoir lieu cet été du 24 juillet au 9 août.

« Dans les circonstances actuelles et sur la base des informations fournies aujourd’hui (mardi) par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux olympiques de Tokyo doivent être reprogrammés après 2020 et au plus tard à l’été 2021, afin de sauvegarder la santé des sportifs et tous ceux impliqués dans les JO ainsi que la communauté internationale », a annoncé le CIO dans un communiqué.

Un peu plus tôt, le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait déclaré avoir fait cette demande de report auprès du CIO : « J’ai proposé de les reporter d’environ un an et le président du Comité international olympique (Thomas) Bach a accepté à 100% ».

Les Jeux olympiques de Tokyo, qui vont être reportés d’environ un an, seront « le témoignage de la défaite du virus » face à l’humanité, a-t-il insisté.

La gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike, a de son côté précisé que les Jeux s’appelleront toujours Tokyo 2020.

Une première en temps de paix

Ce report est une première pour des JO de l’ère moderne en temps de paix. Auparavant seuls les deux conflits mondiaux du 20e siècle avaient entraîné le report technique puis l’annulation d’olympiades.

C’est un énorme coup dur pour la ville de Tokyo et le Japon, qui se préparaient minutieusement depuis des années à accueillir le plus grand évènement sportif de la planète, suivis des Paralympiques du 25 août au 6 septembre.

Les autorités japonaises et le CIO ont été longtemps réticents à envisager officiellement de modifier le calendrier des JO. Mais la pression d’athlètes, puis de fédérations sportives nationales et internationales, devenait de jour en jour plus forte avec la propagation inexorable du coronavirus, apparu en Chine fin 2019 et qui sévit désormais massivement ailleurs dans le monde, notamment en Europe.

AFP