Le SNE et la FSPE veulent participer aux négociations en cours entre le gouvernement et le mouvement syndical

Que reprochent les syndicats de l’éducation SNE et FSPE aux deux centrales syndicales CNTG USTG actuellement en négociation avec le gouvernement guinéen? Le SNE et la FSPE se disent victimes d’exclusion de ces négociations entre l’inter centrale syndicale et le gouvernement. Selon eux, ces syndicalistes n’ont ni la légitimité ni la légalité à échanger avec le gouvernement. D’ailleurs, ils prévoient de déclencher une grève générale dans les prochains jours s’ils ne sont pas associés à ces pourparlers.


Améliorer les conditions de vie des travailleurs, c’est l’objectif des négociations ouvertes il y a quelques jours entre l’inter-centrale syndicale et le gouvernement guinéen. Absents à ces négociations, les syndicats de l’éducation SNE et FSPE dénoncent leur exclusion de ces pourparlers. Selon ce syndicaliste, les décisions issues de ces négociations ne les engagent pas. «  On dit que tout ce qui est fait pour vous sans vous est contre vous. Le personnel enseignant, c’est plus de la moitié des agents de la fonction publique », a fait savoir Michel Pépé Balamou, secrétaire général du SNE.


Le secrétaire général du SNE dit ne pas comprendre les raisons de cette exclusion. Il estime que ceux qui échangent avec le gouvernement n’ont ni la légitimité ni la légalité qu’il faut.


Présente à ces négociations, Kadiatou Bah qui représente l’USTG  affirme que ces sorties du SNE et de la FSPE n’ont pas de sens. Pour la secrétaire générale du SLECG,  les revendications au sein de l’éducation sont prises en compte dans les négociations.



Michel pépé Balamou menace lui, d’aller en grève dans les jours qui suivent, s’ils ne sont pas invités à prendre part aux pourparlers. Une autre crise pourrait donc s’amorcer au sein de l’éducation à quelques semaines du début des examens nationaux.

André Mossié Millimono


leave a reply