Le ministère de la jeunesse et des sports présente son plan de travail annuel à ses partenaires

Présentation du plan de travail annuel 2022 du ministère de la jeunesse et des sports ce vendredi 25 mars devant les cadres et partenaires du département. Lansana Béa Diallo et son équipe ont déroulé leur agenda qui s’articule autour de la construction des infrastructures, la création et la promotion de l’emploi jeunes.

Ce plan annuel de travail comprend cinq grands axes : la CAN 2025, la construction des infrastructures de jeunesse, la mise en place du conseil national de la jeunesse, l’élaboration d’un plan de redressement des jeunes en décrochages et la restructuration des fédérations sportives. «  Nous savons que la CAN va aider la Guinée à amorcer son développement. Parallèlement, on veut construire des infrastructures de proximité qui permettront aux jeunes d’avoir des espaces où ils vont s’exprimer. Dans notre plan d’action figure en bonne place la réinsertion des jeunes qui ont à un moment donné fait le choix de quitter la Guinée faute de meilleures perspectives d’avenir en Guinée », explique Lansana Béa Diallo, ministre de la jeunesse et des sports.

Pour les partenaires techniques et financiers du département de la jeunesse et des sports, le plan est ambitieux. Ils s’engagent à participer à sa matérialisation pour aider la jeunesse guinéenne. « Ce qui a retenu notre attention au cours de cette présentation, c’est l’ambition du gouvernement pour l’emploi des jeunes. Nous savons qu’il y a d’autres projets comme l’organisation de la CAN mais l’emploi jeune n’est pas oublié… », se félicite Fabien Locht, responsable de programmes à Enabel.

La réalisation des projets inscrits dans ce plan nécessite d’importants s fonds. Même si le budget n’est pas encore à la disposition du ministère, Lansana Béa Diallo reste optimiste et rassure que des prévisions sont faites.

Pour le ministre de la jeunesse et des sports, l’objectif du gouvernement, c’est de donner des outils aux jeunes les permettant de s’épanouir en Guinée. Pour y arriver, il faut dit-il construire des infrastructures, former les jeunes mais aussi accompagner les initiatives viables.

Mamadou Bhoye Bah

leave a reply