Désignation des présidents des districts : réactions de la classe politique

Plus de deux ans après la tenue des élections communales, les présidents des districts et conseils de quartiers seront installés dans les prochains jours. Le président de la république a dans un décret lu sur les antennes des médias publics donné des instructions au ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation dans ce sens. Cette décision du président est diversement appréciée par les acteurs politiques guinéens.

A la mouvance présidentielle, on pense que c’est un acte qui permettra au pays d’avancer. Souleymane Keita, membre du bureau politique national estime que le retard enregistré est dû à plusieurs facteurs. «C’est une bonne nouvelle. Vous savez qu’après les législatives, il a été convenu de commun accord avec la mouvance et l’opposition acté par le code électoral que les chefs de quartiers doivent être elus au prorata des résultats des élections. Leur installation a pris un peu de temps mais nous nous félicitons, parce que ça va nous permettre d’évoluer sur d’autres sujets qui divisent l’opinion. Nous pensons qu’ils seront installés rapidement conformément aux instructions du chef de l’État».

Opposé à la désignation de ces responsables locaux, en lieu et place d’une élection depuis 2017, Bah Oury campe sur sa position. L’ancien vice-président de l’UFDG estime les grands partis ont fait des combines qui vont provoquer des tensions. «Ils ont fait des accords politiques pour faire un code électoral à leur guise. Ils ont pris des décisions que nous avons contestées. Dans leur accord, ils ont dit que le parti qui arrive en tête dans une localité précise va designer le chef de quartier. Nous avons dit que ça c’est une mauvaise chose. Car les chefs de quartiers et les présidents de districts répondent à des historicités qu’aucun parti politique ne peut couvrir. On a suggérer de laisser la population choisir à la base, ils ont refusé. Après les communales de 2018, ils ont été incapables d’appliquer leur accord. Donc ils sont en train de créer un nouveau problème».

Depuis la tenue de ces élections, l’opposition guinéenne notamment l’UFDG a fait mains et pieds pour obtenir l’installation des chefs des quartiers et les conseils régionaux. Ils ont même déposé des recours devant les juridictions nationales à cet effet. Aucune date n’est annoncée pour l’heure pour l’élection des conseils régionaux.

Bhoye Bah

leave a reply