Rétrospective 2020: le secteur du commerce fortement impacté par le covid-19 et les soubresauts politiques

 La fermeture des frontières en raison du COVID 19 et de la présidentielle du 18 octobre, mais aussi les nombreuses manifestations politiques ont fortement impacté le secteur du commerce durant l’année écoulée. Les producteurs de pomme de terre et de chou ont subi de grosses pertes à Timbi Madina dans Pita et à Mali Yemberin dans la région de Labé.

Le lancement de la carte professionnelle biométrique des commerçants est l’une des reformes phares du département du commerce courant 2020. Le but est d’assainir le secteur et y mettre de l’ordre sur l’ensemble du territoire national.

Le gouvernement a aussi suspendu le paiement de la Demande Descriptive d’Importation (DDI) sur la période allant du 1er Juin au 31 Décembre 2020. La démarche s’inscrit dans le Cadre du soutien de l’Etat aux opérateurs Economiques, afin d’atténuer l’impact de la pandémie mais aussi assurer la stabilisation des prix des denrées de première nécessité.

Les mesures édictées par le gouvernement en raison du COVID 19 singulièrement la fermeture des frontières ont toutefois eu de lourdes conséquences. 5.000 tonnes de pomme de terre récoltées à Timbi Madina ont pourri dans les zones de Mamou et Labé où elles entaient stockées. A Mali Yemberin, d’importantes quantités de chou d’une valeur estimée à près de 5 milliards n’ont pu être vendues.

L’autre facteur qui a perturbé le commerce au cours de cette année électorale qui s’achève,  c’est bien les manifestations politiques.  A Conakry boutiques et magasins sont restés longtemps fermés suite à des appels lancés par des organisations professionnelles de commerce ou l’opposition. Plusieurs commerces ont été aussi pillés et brulés à Conakry et à l’intérieur du pays comme à Kankan, Kissidougou, Labé et Boké pour ne citer que ces villes.

Ce qui aura également pesé lourd dans la balance, c’est l’état des routes.  Le  démarrage de travaux sur de nombreux axes routiers n’a pas non plus  facilité les choses à ceux qui transportent des marchandises.

Des femmes, qui drainent des condiments de l’intérieur du pays vers Conakry ont enregistré d’énormes pertes. Les prix de plusieurs denrées  alimentaires comme le riz, l’huile l’arachide et le sucre ont augmenté.

Vêtements et produits cométiques ont manqué sur le terrain et leurs prix se sont parfois envolés. L’interdiction de la vente de carburant sur le marché parallèle par le ministère du commerce a aussi remué le secteur en 2020.

Haoulatou Sow

leave a reply

Espace TV

Regardons mieux

Casinomaxi - kingbetting - lidyabetting.comCasinomaxi - kingbetting - lidyabetting.com