S’enquérir des réalités du terrain, une mission à laquelle s’attèle Tostan-Guinée

S’enquérir des réalités du terrain, une mission à laquelle s’attèle Tostan-Guinée

Dans le cadre des activités de la Coordination Nationale, le Coordonnateur National et le Responsable Administratif et Financier (RAF) de Tostan Guinée ont effectué une mission sur le projet Changement Générationnel en 3 ans (CG3A). Cette mission s’est déroulée du 3 au 15 janvier 2016 dans 18 communautés en deux étapes. La première étape a concerné les neuf communautés de la préfecture de Dabola.

Il s’agit de Kankama, Sakola, Djoffo, Bassy, Dibamba Sylala, Dibamba Marala, Kébéya, Kaléla et Kignèko. La deuxième étape a concerné les neuf communautés de la préfecture de Kissidougou, à savoir Télikoro, Farawoya, Yomandou, Boréah, Yassardou, Mernah, Worokoro, Albadariah et Moréah. Les réunions avec les 18 communautés ont regroupé 856 participants dont 477 femmes. Sur les 856 participants, il y avait 210 membres de CGC dont 115 femmes. La mission avait pour objectifs :

– D’évaluer les effets des apprentissages des droits humains au niveau individuel et communautaire, le niveau de satisfaction de notre collaboration avec les autorités locales (administrateurs locaux, chefs coutumiers et leaders religieux) et les radios communautaires, le niveau d’intégration des facilitateurs et des superviseurs de Tostan ;
– D’échanger avec les Comités de Gestion Communautaire (CGC) sur les initiatives qu’ils ont prises pour la gestion des fonds d’appui au développement (FAD).

La mission a constaté avec satisfaction que les participants en particulier les femmes ont une très bonne compréhension de base des droits humains. Cela facilite la réalisation des effets au niveau individuel et communautaire. A Mernah, préfecture de Kissidougou, Dama CONDE, père de famille, âgé d’une soixantaine d’années, a affirmé en public avoir abandonné la cigarette grâce à la séance sur le tabagisme. Selon lui, il ne savait pas qu’il était en train de se tuer à petit feu. Quand j’ai participé à la séance sur le tabagisme, j’ai pris conscience du danger de ce vice et j’ai décidé d’arrêter de fumer la cigarette.

Dans le même cadre, les femmes de Kébéya et Kignèko ont affirmé en pleine réunion que désormais les mariages célébrés dans leurs communautés sont soutenus par des certificats délivrés par les imams pour les cérémonies religieuses et les officiers de l’état civil pour les cérémonies civiles. A l’échelle communautaire, la mission a noté qu’à Farawoya, le CGC a aidé à la scolarisation de 160 enfants en prenant en charge un enseignant communautaire. A Boréah, le CGC a ouvert une école communautaire qui accueille 37 élèves dont 7 filles. Les parents d’élève paient chacun 5 000 FG et une mesure de riz à l’enseignant communautaire à la fin de chaque mois.

Dans les échanges avec les autorités locales en particulier les chefs coutumiers et leaders religieux, il est apparu que ces acteurs communautaires sont satisfaits du programme de Tostan. Selon eux, Tostan valorise la femme. Tostan montre à la femme la manière dont elle peut mieux s’occuper de son ménage en promouvant le dialogue et la médiation.

Dans la même lancée, ils affirment que parmi toutes les organisations qui sont passées dans leurs villages, c’est seulement avec Tostan qu’ils ont vu les femmes nettoyées périodiquement les mosquées. En tant que maris et autorités morales du village, nous aimons cela et c’est pourquoi nous soutenons solidement Tostan. Au cours des échanges avec les chefs de programme des radios rurales de Faranah, Dabola et de Kissidougou, ils ont affirmé qu’ils apprécient bien la collaboration avec Tostan. Ils ont indiqué que les émissions sur le programme de Tostan répondent aux attentes des populations. Aussi, les chefs de programme des radios reconnaissent que les émissions de Tostan enrichissent leurs grilles de programme. La mission a remarqué que les facilitateurs et les superviseurs sont bien intégrés dans les communautés. La plupart des communautés ont adopté leurs facilitateurs. Elles demandent le maintien de leurs facilitateurs pour d’autres projets.

Sur la gestion des fonds d’appui au développement (FAD), 16 CGC octroient des crédits à ses membres avec un taux d’intérêt variant entre cinq à 10 pour cent. Les deux autres CGC, à savoir le CGC d’Albadariah (Kissidougou) et de Kignèko (Dabola) ont planifié les activités génératrices de revenu (AGR) à l’échelle communautaire. Le CGC d’Albadariah a choisi la saponification et le CGC de Kignéko a choisi l’installation d’une pileuse de riz paddy. La mission a invité les superviseurs de mobilisation sociale à appuyer les CGC afin qu’ils réalisent les AGR et les plans d’action qui peuvent avoir des effets à l’échelle communautaire.

Mouctar OULARE, Coordonnateur
National de Tostan/Guinée

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…

Articles similaires

A savoir aussi

Prochain match du Syli: Bantama Sow trouve une astuce pour remplir le stade

Guinée:vers une saison sans championnat de football?

Gaoual sous les eaux, notre conscience citoyenne est interpellée ! (Par Mohamed Mara)


Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

No announcement available or all announcement expired.
%d blogueurs aiment cette page :