Prorogation du mandat des députés : un acteur de la société civile fait une demande aux élus du peuple

Le président de la République après avoir consulté la cour constitutionnelle a pris un décret prorogeant le mandat de la 8e législature guinéenne qui était arrivé à son terme le 13 janvier. Le décret signé par le chef de l’Etat précise que ce parlement va rester en place jusqu’à l’installation d’une nouvelle Assemblée Nationale. Mais ce décret ne donne aucune date précise pour l’organisation de ces législatives. Un glissement vu d’un mauvais œil par certains acteurs politiques mais aussi de la société civile dont le président du CNOSC DDG.

Salamana Diallo demande aux 114 députés d’accepter le fait qu’ils sont maintenant des anciens députés et de revenir dans leurs partis politiques d’origines. « Nous constatons avec regret que les députés veulent se pérenniser à l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas normal. Nous leur demandons de reconnaître qu’ils sont maintenant des anciens députés et de se rendre immédiatement dans leurs partis politiques d’origines ».

Pour le président du Conseil National des Organisation de la Société Civile pour le Développement et la Démocratie en Guinée (CNOSC-DDG), l’heure est plutôt à la mobilisation pour exiger du gouvernement l’organisation des élections législatives pour renouveler l’Assemblée. C’est pourquoi il demande à l’ensemble des partis d’oeuvrer dans ce sens. « Tous les partis politiques qu’ils soient de la mouvance ou de l’opposition sont priés de collaborer avec la société civile pour faire des plaidoyers, des lobbyings pour réclamer l’organisation des élections législatives pour permettre au peuple de Guinée d’avoir une Assemblée légitime ».

Salamane Diallo estime que si rien n’est fait pour empêcher ces députés de continuer de siéger au-delà de leur mandat, cela aura un impact sur l’élection présidentielle de 2020.

La prorogation du mandat des députés est un sujet qui domine les débats ces derniers temps en Guinée. Pour l’heure, les partis de l’opposition n’ont pas encore décidé s’ils vont siéger ou non. Chez l’UFDG notamment, on annonce que des concertations sont engagées pour déterminer la position du parti.

Mamadou Bhoye Bah, espacefmguinee.info

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*