Massacres du 28 septembre: une ONG plaide pour une indemnisation provisoire des victimes

CGCPI Massacres du 28 septembre: une ONG plaide pour une indemnisation provisoire des victimes

En marge de la commémoration du 9 ème anniversaire des massacres du 28 septembre, la coalition guinéenne pour la cour pénale internationale (CGCPI) a animé lundi 24 septembre 2018 une conférence de presse à la maison commune des journalistes, à Coléyah. L’objectif est de faire un plaidoyer auprès du gouvernement et les partenaires de la Guinée pour une indemnisation provisoire des victimes avant le procès.
D’entrée, le président de la CGCPI, maitre Hamidou Barry a fait savoir que plusieurs personnes ont reproché aux associations des victimes de célébrer ce triste anniversaire le 28 septembre alors que cette date est historique pour la Guinée. C’est pour quoi, ces associations ont décidé de différer la célébration.
Neuf ans après les massacres, quatorze personnes ont été inculpées, environ quatre cent trente ont été entendues et quinze témoins sont auditionnés se réjouit le président de la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale.
Parlant de l’importance de cette indemnisation des victimes, maitre Hamidou Barry explique que si ça se matérialise, cela aidera certaines victimes à se soigner et d’autres de se reconvertir dans d’autres métiers.

« Pratiquement, ça fait 9 ans maintenant depuis que ces événements malheureux se sont produits. Depuis lors il y a des victimes qui ont perdu leurs foyers, il y a des enfants orphelins déscolarisés sans oublier certains blessés ou malades qui n’ont pas de moyens pour se faire traiter. Donc cette indemnisation viendra combler un vide. Des victimes qui ont perdu leurs emplois pourraient donc opter pour d’autres métiers », explique-t-il.
Plus loin il ajoute qu’il y a du deux poids deux mesures dans le dossier des massacres du 28 septembre. Certains accusés occupent aujourd’hui de hautes fonctions alors que d’autres sont privés de leurs libertés. Parmi les victimes, trois ont été indemnisées pour les préjudices qu’ils ont subis. Il s’agit des trois anciens premiers ministres (Cellou Dalein, Sidya Touré et feu Jean Marie Doré) qui ont
selon le CGCPI reçu deux milliards chacun alors que d’autres victimes anonymes n’ont rien obtenu déplore maitre Hamidou Barry. Le 28 septembre 2009, une manifestation des forces vives a été sévèrement réprimée au stade du même nom. Plus de 150 personnes avaient alors perdu la vie, des femmes ont été violées et plusieurs personnes sont toujours portées disparues selon l’ONU.

Mamadou Bhoye Bah

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…

Articles similaires

Conakry droit de l'homme Massace du 28 septembre Victimes

A savoir aussi

Fête de l’indépendance : le gouvernement compte mobiliser en nombre

Urgent : suspension du directeur financier du Port Autonome de Conakry

Football/Corruption: la CAF suspend un arbitre guinéen

Laisser une réponse Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

Commentaire

Nom *

Email *

Site internet

Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par email.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

%d blogueurs aiment cette page :