La nécessité d’une prise conscience ( Par Jacques Lewa Léno)

La nécessité d’une prise conscience ( Par Jacques Lewa Léno)

Rien n’est extraordinaire chez nous. Ceux qui chantent ne souffrent pas à trouver ce qui fait acheter un titre. Pour les rares fois qu’un créateur a émerveillé ses mélomanes, il a soit utilisé le langage qui choque, ou celui qui détourne de l’essentiel. Toujours est-il que son œuvre s’inscrit dans la réalité de ce qu’est devenu notre pays. Dans la réalité de ce que devient le sujet de gouvernance. Nous avons choisi ce qui choque. C’est vrai qu’en tant que guinéens nous sommes africains, mais nous sommes depuis un moment en dehors des frontières du peuple africain qui a pris conscience de son état d’exploité en 1960. Nous nous sommes éloignés du rêve des pères fondateurs qui ont cru bien faire en proclamant si tôt notre soi-disant autonomie. Nous ne sommes même plus à proximité de la ligne de démarcation entre peuple conscient et individus regroupés. Chacun de nous. Politique, universitaire, homme de droit, journaliste, activiste de la société civile, peut s’écouter. Il entendra à la fois, un gentil, fait démagogue parce qu’il est hypocrite. Les vrais anémiants de ce territoire qui manque désormais de presque tout, sont les plus en vue. A ceux qui ne veulent pas reconnaître leur contribution à la décadence de ce que Sékou Touré et compagnons avaient appelé République de Guinée, nous disons qu’ils ont tort. Finalement, personne ne travaille correctement et nous nous lançons dans des critiques incessantes n’offrant à la fin aucune perspective. Les plus mauvais travaillent avec le piroguier national en manque de pagaie. Les hypocrites son avec Cellou le chef de l’opposition. Les plaisantins peuplent le monde des organisations syndicales et de la société civile. Les menteurs se font appeler consultants, experts de rien et de n’importe quoi. Les paresseux sont dans l’administration publique. Les amorphes dans le secteur privé. Les spéculateurs dans les marchés. Les désinformés dans le monde rural. Les malhonnêtes sont dans les églises et mosquées. Tous ont leurs complices dans la presse. Ensemble nous tuons l’espoir de ceux qui naissent depuis le début de ce 21ème siècle. L’école, elle fonctionne au rythme de celui qu’on nomme ministre. La santé, nous aurions à gagner avec les tradi-thérapeutes, en attendant de connaître l’essor de notre hôtellerie. L’agriculture se fait dans les bureaux et les récoltes se font dans les rapports publiés à Kaloum. L’exploitation minière détruit l’environnement et une fois par an nous plantons quelques milliers d’arbres, non pas dans les zones déboisées, mais dans les forêts. Les déforesteurs illégaux sont félicités par les conservateurs de la nature. Une fois par mois, le premier ministre rameur ambitieux et ses couards de chefs sans cabinet assainissent notre capitale. Les résultats sont là, la ville conserve sa place de leader dans la préservation des déchets de tous ordres sur les places publiques. La politique, c’est la chose la plus inutile dans ce pays. Elle ne construit pas, elle détruit. Elle n’unie pas, elle désunie. Elle n’est pas faite par des patriotes, mais par des égoïstes. Autant dire, mettons-la de côté. Travaillons à retrouver notre conscience perdue. Travaillons à nous reconnaître guinéens. Mentons moins. Notre survie en dépend.

Jacques Lewa Léno

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…

Articles similaires

A savoir aussi

Kankan: Deux accidents de la circulation font des victimes

Le gouvernement de peu d’espoir ( par Jacques Lewa Léno)

Coupe CAF: le Wakrya sera au rendez-vous la saison prochaine

Laisser une réponse Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

Commentaire

Nom *

Email *

Site internet

Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par email.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

No announcement available or all announcement expired.
%d blogueurs aiment cette page :