Cour constitutionnelle ; et si Kèlèfa était devenu une patate chaude ?

Jacques Lewa Leno Cour constitutionnelle ; et si Kèlèfa était devenu une patate chaude ?

Le putsch des 8 conseillers. Comprenez, nous n’avons pas inventé cette expression, ce sont les juristes avertis qui décrivent la crise comme tel. Peut-être qu’ils ne s’attendaient pas à une telle résistance. Nous en avons vu dans certaines républiques non loin d’ici. Les peuples africains refusent parfois de s’assumer, mais sont mâtures.

Revoyons le film puisqu’il est téléchargeable. Au premier tirage d’après les trois ans qui a ramené Alya Diaby à l’INIDH, les 5 autres avaient protesté la démarche. La question du tiers ayant été diversement interprétée. Le tiers de 8 ne donne pas exactement trois, il fallait donc déclencher le jeu à 9, donc avec le président dont le mandat unique est de 9 ans. Les putschistes ont échoué sur ce coup mais n’ont pas renoncé à la bataille.

Ils sollicitent alors une relecture de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la cour constitutionnelle. Kèlèfa accepte. Mais il fallait que le piroguier national en manque de pagaie prenne un décret d’application. C’est lui le chef suprême après tout. Tout se dit autour de la transmission du texte au professeur Mandela Obama. Le président de la cour aurait émis des réserves et menti en plénière. Réveillant ainsi la colère de ses collaborateurs qui lui reprochent une gestion opaque de la manne financière décaissée pour la vie des membres. D’où l’idée de la mise en place d’un comité de contrôle interne. Bon. La motion de défiance en parle amplement.

Mais nous sommes en droit de nous interroger. C’est qui le témoin ? Qui croire ? Nous n’obtiendrons les réponses maintenant. Comme le dit un politique sans militant de ce pays, c’est le terrain qui commande. 8 conseillers et quelques guinéens contre Kèlèfa Sall et plusieurs guinéens dont les juristes des divers corps. Les avocats pourraient protester. Les magistrats, les confrères du supposé déchu ne veulent pas se taire. Ils se posent énormément de questions et ne souhaitent pas s’arrêter là. Les politiques et acteurs de la société civile accusent les 8 de préparer un troisième mandat.

Apparemment, leur adversaire est devenu une patate huilée et chaude. Il a beaucoup de soutiens. Autant dire, le moment est mal choisi. Certains cadres suscitent de l’admiration et il est difficile de noyer leurs qualités et le sentiment qu’en fait le public par tout ce qui dérange un petit groupe. 8 ne sont forts qu’au sein de la cour voyons. Le discours qui invite le président à ne pas demander un autre mandat après 2020, parlons-en. On dit qu’il est de l’institution, personne ne le nie. Mais c’est lui qui l’a lu. Et c’est lui qui devait le lire. Il est difficile là aussi d’en faire un discours pour tous.

Le Putsch est toujours en marche et tout le monde attend le président de la République s’il voudra bien l’entériner. Pour lui aussi, l’affaire se présente comme le crabe dans la bouche de quelqu’un qui souhaite passer inaperçu. Mieux vaut le cracher puisqu’il est impossible de le mâcher discrètement. Mais c’est le professeur. S’il confirme la destitution de Kèlèfa, il donne raison à ceux qui doute déjà de lui, s’il ne réagit pas, l’institution aura du mal à fonctionner. Alors, il faut opter pour la médiation.

Partager :

WordPress:

J'aime chargement…

Articles similaires

Conakry cour constitutionnelle Guinee Kéléfa

A savoir aussi

Nos institutions n’ont pas de cerveau, voilà le problème ( par Jacques Lewa Leno)

Kankan: Deux accidents de la circulation font des victimes

La nécessité d’une prise conscience ( Par Jacques Lewa Léno)

Laisser une réponse Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

Commentaire

Nom *

Email *

Site internet

Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail.

Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par email.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

No announcement available or all announcement expired.
%d blogueurs aiment cette page :